Le Vichy Noble

529,00 €

Ce Vichy possède un manche moité bois de Morta, moité mammouth fossile. (100€)

Il est agrémenté d'une mitre centrale en Mokume Gane retravaillée.(80€)

Ainsi que d'un guillochage fin.(160€)

En partant sur une base de 189€.

Personnalisation

N'oubliez pas de sauvegarder votre personnalisation pour pouvoir l'ajouter au panier
  • 250 caractères max
Gravure
Quantité

Mokume Gane

Mokume Gane( prononcé mokoumé gané) est un mot japonais. A l'origine, dans le mokume gane, tel que le pratiquaient les forgerons japonais étaient introduis des sortes de clous d'aciers de qualités différentes, en métaux non ferreux. Traditionnellement de l'or, de l'argent et du cuivre. Ainsi que des alliages comme le Shakudo, le shibuishi et le kuromido. Incorporés dans l'acier martelé qui rendaient la lame des sabres plus solide mais en outre la rendait très décorative. En des termes simples, le mokume gane consiste à entremêler et à fusionner différents métaux afin de former une masse homogène et travaillable sans pour autant les mélanger. C'est toute la difficulté et toute la beauté de cette technique puisque l'on travail avec des matériaux aux propriétés différente. Une fois les différents métaux fusionnés, il s'agit de manipuler ce"feuillage"pour créer un motif. Cela permet donc l'élaboration de motifs dans la masse de l'objet. Le terme"mokume gane" signifie d'ailleurs"noeud du bois", motif emblématique de cette technique. Le motifs peuvent être formés par torsion, abrasion, gravure, ciselure, corrosion ou patination. Il peut être forgé, soudé, façonné, émaillé, serti...etc. Cette technique fut mise au point au 17eme siècle mais fût destinée à la fabrication des gardes des Katanas mais aussi à la fabrication d'objets ornementaux avant de tomber en désuétude. Ce sont des bijoutiers contemporains comme Steve Midgett, James Binnion et Ian Freguson qui vont la redécouvrir, la théoriser puis la redévelopper. En retrouvant et perfectionnant les recettes de cette discipline, ils élargissent la gamme des métaux utilisables en incluant entre autre de l'aluminium, du titane, du platine, du paladium, du fer et de l'acier. La température de travail dépendra des alliages qui le composent. Il permet une immense variété de motifs et de nuances, des plus subtils aux plus contrastés. Toutefois le motif "Random(FP1) est le plus connu en coutellerie.Si, il y a quelques milliers d'années, on trouvait des mammouths sur une bonne partie de la planète, c'est dans le permafrost sibérien que reposent désormais les morceaux les mieux conservés de cet animal, définitivement éteint depuis 4.000 ans. Selon des estimations, 550.000 tonnes de défenses de mammouth seraient ainsi enterrées en Yakoutie.

L'IVOIRE DE MAMMOUTH FOSSILE

Si, il y a quelques milliers d'années, on trouvait des mammouths sur une bonne partie de la planète, c'est dans le permafrost sibérien que reposent désormais les morceaux les mieux conservés de cet animal, définitivement éteint depuis 4.000 ans. Selon des estimations, 550.000 tonnes de défenses de mammouth seraient ainsi enterrées en Yakoutie.

L'« ivoire des glaces », comme il est surnommé, est utilisé pour faire des couteaux, des bijoux, des objets décoratifs ou encore des pièces d'instrument de musique. En Chine en particulier, les sculptures en ivoire sont très populaires. Les acheteurs chinois se sont rabattus sur l'ivoire de mammouth depuis que les autorités ont rendu illégales l'importation et la vente d'ivoire d'éléphants l'an dernier.

                   

Morta

Formation

La formation de morta est liée à la conservation partielle d'un bois dans un milieu anoxique. On retrouve cette configuration à plusieurs endroits dans le monde, Est de l'AllemagneCroatieAutriche. En France, on cite les cas du marais audomarois ou de la Brière.

Dans le cas du morta noir de Brière, il s'agit d'une forêt de chênes qui s'est trouvée submergée il y a 5 000 ans. Le bois est en cours de minéralisation, se chargeant en silice. Le morta rouge de Brière provient lui d'une forêt de bouleaux, submergée il y a 3 700 ans.

Ce bois, devenu imputrescible, présente un aspect fort esthétique une fois poli. Il peut présenter l'aspect de l'ébène pour le morta noir. Il a été utilisé pour faire des lambris ou des meubles dans le marais audomarois, ou servir de bois de charpente en Brière.

Aujourd'hui, il est utilisé pour produire des manches de couteaux des pipes  ou des objets d'art comme des sculptures. Seuls 10 à 20 % du matériau récupéré sont exploitables : des craquelures apparaissent en effet lors du séchage. Le morta fait aussi un bon matériau pour les sillets de tête en lutherie, grâce à ses propriétés auto-lubrifiantes proches du graphite qui laissent la corde libre de glisser dans la gorge, et par sa bonne transmission du son.